Rechercher
  • Lisa Otjacques

Réponse de Marjorie

Témoignage de Marjorie, son non-confinement, ou presque, l'obligation d'aller travailler, la peur, les questionnements.


©Lisa Lesourd

" L'angoisse jour après jour, les cas, les suspicions, les prises de températures, les pompiers mais je ne dis rien, je souris, sous le masque que nous avons enfin reçu. "


Le confinement, de quoi parles-tu ? Ne t'ai-je pas dit ? Le confinement je ne l'ai pas vécu tout du moins pas au début....

Annonce du président nous serons confinés pour se protéger et protéger les autres... dès lundi les écoles seront fermées. Mon métier requiert de sortir, ces personnes ont besoin de nous ; alors au début j'y vais la boule au ventre, quels risques pour ma famille, pour moi, pour eux, pour nous tous ? Ces personnes dont nous nous occupons sont si vulnérables, vais-je devoir dire au revoir à beaucoup ? L'angoisse jour après jour, les cas, les suspicions, les prises de températures, les pompiers mais je ne dis rien, je souris, sous le masque que nous avons enfin reçu. La mort d'Antoine...


Et puis, un matin je me lève pleine de courbatures, épuisée, je n'ai plus la force, je suis inquiète, je ne le suis pas.... Le docteur me donne le document COVID 19, arrêt de travail. Confinée chez moi pendant environ 1 semaine. Ai-je contracté ce virus ? L'ai-je transmis à mon compagnon ? Mon fils ? Je ne le sais pas.... En quelques jours, malgré la fatigue qui assaille chacun de mes gestes, mes yeux qui peinent à rester ouverts. Une forme de soulagement ; l'angoisse s'est estompée, apparemment je l'ai eu, j'ai même dû le transmettre, à mon compagnon, mon fils, peut-être, alors moins de risques.... pour eux, pour moi, les autres, pas de certitudes mais des peut-être.

C'est ce soulagement qui m'aide à tenir ces heures interminables au travail, ces journées d'école à la maison. C'est ça qui a échappé à ceux qui nous gouvernent. Cet étau qui pourrait se desserrer, un peu... Si les gens savaient, un petit test non pas pour confiner, déconfiner, pour connaître l'immunité collective, mais pour ce petit soulagement, cette angoisse moins présente, moins pressante. Pour serrer mes parents dans mes bras avant qu'ils ne partent, pour que mon fils leur dépose ce baiser qu'il retient, pour faire taire l'angoisse d'être celui qui amène la fin.


Alors chère inconnue, le confinement, le déconfinement, le reconfinement ne sont rien par rapport au fait de ne pas savoir, de ne pas pouvoir savoir.


Bien à toi,


Marjorie

26 vues

© 2023 par l'Amour du livre. Créé avec Wix.com / Photos : Lisa Lesourd